Intellect territorial

24novembre2007

Le cadre de la fonction publique et l’initiative : quelle initiative ?

Filed under: Concours redacteur - attache,Droit — cnfpt @ 5:44

Ce n’est pas votre écran. C’est Stroudel, la fourmizz de INTELLECT TERRITORIAL. Elle fait le ménage sans jamais sa plaindre !Le sujet semble définir, de par son aspect non pluraliste, le pouvoir comme une « notion » globale. Ainsi est-il demandé d’apprécier ce que l’on nommera l’expression d’une prérogative inhérente à l’autorité, au pouvoir, en prenant soin d’intégrer notre réflexion dans un cadre juridique bien déterminé, celui de la fonction publique.

La principale difficulté procéde de l’absence de définition d’un ou du « droit à l’initiative« . Dès lors, il est opportun de délimiter le cadre juridique dans lequel nous allons insérer notre problématique : il sera essentiellement jurisprudentiel, sans pour autant oublier les dispositions statutaires. Par ailleurs, nous définirons le cadre comme un agent disposant d’une part de responsabilités liée à sa fonction, que celle-ci soit légitimée par l’obtention d’un examen ou concours et/ou légalisée par une délégation d’autorité hiérarchique. Certains pourront, à raison, faire savoir que la légalité institutionnelle entraîne derechef une légitimité stricto sensu. Il ne serait pas négligeable de nous interroger sur la portée de la « l’acceptation collégiale » (à savoir la légitimité) des pouvoirs d’un cadre, mais nous dérivions sur une réflexion philosophique qui alourdirait (et mettrait hors sujet) notre approche du sujet.

Ainsi nous attacherons-nous à entrevoir, dans un 1er temps, l’initiative comme positive car relevant d’un esprit participatif, pour, dans une seconde partie, nous intéresser à son (potentiel) caractère rebelle.

Prendre l’initative est donc l’expression normale d’une prérogative fondamentale : celle qui permet de distinguer le cadre actif du cadre apathique . L’absence de tout référence expresse à cette qualité en droit de la fonction publique est source d’incertitude et, par voie de conséquence, de litiges. Les décisions contentieuses en l’espèce sont légions.

L’article 28 de la loi n° 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations du fonctionnaire, lequel ne fait qu’entériner la jurisprudence du Conseil d’Etat (C.E. 28 janvier 1972, Fédération Générale des Syndicats de la Police C.G.T. et autres, AJDA 1972, p. 405 / CE 28 février 1979, Deschomets, R.86) prévoit que tout fonctionnaire doit se conformer aux instructions de son supérieur hiérarchique. Cete obligation s’impose aussi aux agents non titulaires (application de l’article 136 de la loi du 26 janvier 1984 portant dispositions statutaires relatives à la F.P.T.). Est-ce à dire que le fonctionnaire doit attendre les ordres avant d’agir ? La réponse ne peut être donnée sans gravité (d’où l’intérêt notoire de notre réflexion), il y va de l’efficacité de l’action administrative.

Concrètement, l’inertie est certainement incompatible avec la fonction d’encadrement, mais aucun texte n’exige expressément d’un cadre qu’il fasse preuve d’initiative. Par ailleurs, si le droit disciplinaire forgé par la jurisprudence permet de connaître les attentes légitimes de la hiérarchie, il existe encore trop d’incertitude sur l’étendue réelle es compétences du cadre.

Diriger, c’est agir. Mais nul ne peut revendiquer un droit au plein exercice de ses fonctions. Trop d’initiatives tue l’initative. Celle-ci doit être coordonnée, guidée avec cohérence par le supérieur hiérarchique. Mais le chef de service n’est pas qu’un simple exécutant. Sa réflexion personnelle, son sens des responsabilités doivent être développés. Il doit se montrer capable d’impulser un projet, de le conduire à terme, de convaincre les décideurs.Aussi doit-il faire preuve d’autorité et savoir s’imposer. La décision du Conseil d’Etat du 10 février 1978 (Rischmann, R.859) définit le manque d’autorité comme justifiant une sanction disciplinaire. A l’opposé, le C.E. considère que le zèle n’est pas un motif appelant une sanction. Peut-on y déceler en l’espèce un encouragement à l’initiative ?

Monsieur Jean-Paul WAUQUIER, juriste territorial, s’est intéressé (in La Gazette des Communes…) au sujet. Il interpelle le lecteur en ces termes : « Autrement dit, devant un supérieur hiérarchique jaloux de ses prérogatives, persuadé d’être le seul maître à bord, le fonctionaire peut-il encore s’imposer ? »

Quoiqu’il en soit, le raisonnement en la matière est construit à partir du droit disciplinaire (souvenons-nous que le droit à l’initiative n’est pas une notion définie en droit de la fonction publique, et qu’il convient dès lors de porter un regard attentif sur des décisions qui nous permettront d’en retirer une sorte de substantifique moëlle, dans ce que l’initiative n’est pas, ne doit ou ne peut pas être. A contrario, des solutions peuvent procéder de ce qu’elle doit être).

S’il peut être reproché au fonctionnaire une absence de rendement et d’initiative, la matérialité de tels faits est parfois difficile à établir (C.E. 6 mars 1992, M. Podogorska, req. n° 92479). Sur ce principe, J.P. WAUQUIER estime qu’ « il n’est pas rare que les notes critiques émises en ce sens par le chef de service traduisent plutôt une hostilité à l’égard de l’agent« . En l’espèce, il se réfère (à mon avis) à la décison de la C.A.A. de MARSEILLE (allez l’OM !) du 20 mars 2001 (M. CARRE, req. n° 00MA00269).

En matière jurisprudentielle, les sanctions à l’égard du chef de service trouvent leur définition dans le manque d’esprit d’initiative, de responsabilité et d’autonomie, voire l’absence totale d’initiative et de propositions, ou une implication insuffisante dans la mise en oeuvre d’un programme d’actions. Une telle carence traduit souvent une insuffisance professionnelle. On définira la prise d’initiative comme le fait d’asseoir ses fonctions et d’affirmer sa compétence. D’une manière générale, le cadre doit s’assurer du bon fonctionnement de son service (d’où notre digression antérieure sur l’obligation d’autorité. Néanmoins, est-il nécessaire de rappeler que le rapport ne doit en aucun cas être un instrument de chantage, une sorte d’outil propre à asseoir un autoritarisme… absolue ? Nous verrons ultérieurement toute l’abjection que peu recéler une attitude caporaliste !). Mais l’agent veillera à ne pas excéder les directives données par l’exécutif. S’il dépasse ce que tolère sa hiérarchie, il pourra se retrancher derrière l’absence de définition claire de ses attributions (fiche de poste non renseignée ou non mise à jour par exemple). Dès lors qu’il n’outrepasse pas les limites de ses attributions définies ou supposées, aucune sanction n’est encourue.

Il ne peut être reproché à un fonctionnaire chef de service d’aopter un comportement autoritaire lorsqu’il s’agit de remettre de l’ordre dans son service (C.E. 5 juillet 1985, M. M., R. 223). Tel n’est pas le cas si l’autoritarisme s’accompagne d’un refus de toute concertation et d’une dégradation du climat de travail (C.A.A. NANCY 29 janvier 1998, Mme Annie DESJARDINS-MALNUIT, req. n° 94NC01779). C’est ici qu’il peut être envisagé toute la négativité d’un supérieur hiérarchique menant son équipe à la bguette au motif de la rédaction d’un rapport induit par toute « démotivation » à entrer en concertation. Certains feront savoir que toute procédure disciplinaire, engagée sur le contenu du rapport, fait l’objet, a priori de sa convocation, d’un débat contradictoire. Mais que devient-il d’un rapport faussement caractérisé si la partie demanderesse de sanction est absente lors dudit débat ? La réponse se trouve certainement dans la présence d’un fonctionnaire cadre de direction s’inquiétant de l’exisence d’une telle manoeuvre au sein même de ses services. La fonction publique compte des hommes valeureux, n’en déplaisent à certains ! Ainsi en est-il de tout cadre qui, lors de la définition d’un rapport, se préoccupe de la part de harcèlement moral que celui-ci peut laisser transpirer…

L’excès de zèle est parfois sanctionné (C.A.A. MARSEILLE 26 octobre 1999, Ministre de la Justice c/CROUZET, req. n°99MA00148). C’est donc le caractère excessif qui est ici considéré, puisque nous avons vu précédemment que le zèle n’est pas motif à sanction. L’appréciation du juge est donc souveraine. Une sanction est admise dans le cadre du manquement aux obligations de discrétion professionnelle suite à la prise d’une initiative soit malheureuse, soit dont le cadre n’aurait pas rendu compte. Dans le cas où elle révèle une imprudence grave, il s’agit d’une faute personnelle détachable du service.

A suivre… fleche_anim_aller-retour.gifL’aspect rebelle de l’initiative

http://concoursfpt.unblog.fr : un autre site signé DIPOUN J’espère que vous reviendrez me voir… Allez salut les ami(e)s, à la revoyure ! 117kms230…. 117kms240… 117kms250… http://concoursredacteur.unblog.fr Encore une fois DI–POUN

Publicités

8 commentaires »

  1. Bonjour,

    je suis impréssioné par ce texte qui m’a l’air limpide.

    J’ai vécu à la fois la responsabilité d’un service et le reproche d’initiative une fois cette responsabilité évaporée.

    vivement la suite.

    Fr3d

    Commentaire par bou² — 10décembre2007 @ 10:01

  2. Merci Fr3d, je suis touché par le compliment. La suite ? Samedi 22 décembre 2007. L’aspect rebelle de la prise d’initiative et son corollaire jurisprudentiel. Je t’annonce aussi un dossier détonant : le délit de prise illégale d’intérêts et de favoritisme. INCROYABLE !!!

    Commentaire par cnfpt — 20décembre2007 @ 3:56

  3. […] Initiative du cadre : l’aspect négatif Enregistré dans : Concours redacteur – attache, Droit — cnfpt @ 4:29 Suite de ce billet… […]

    Ping par Initiative du cadre : l’aspect négatif « Intellect territorial — 23décembre2007 @ 5:11

  4. Bonjour alors ma question est :mon ami est en instance de divorce et handicapé c’est à dire en fauteuil roulant, sa femme demande la part de la maison mais lui ne veut pas la vendre et n’a pas d’autre logement. Es ce que on peut l’obliger à la vendre ?en sachant qu’il est invalide

    Commentaire par fernandez — 6février2015 @ 10:29

  5. bonjour,
    mon probléme est simple : je suis propriétaire d’un appartement en copro et de la place de parking liée a l’appartement. Mais sur cette place de parking, l’ombrage est assuré par un arbre « pleureur » qui engendre de gros dégats sur la peinture de ma voiture. Puis je demander que cet arbre soit enlevé et remplacé ?
    Merci de la réponse que vouis m’apporterez.

    Commentaire par Fréchet Valéry — 16juin2015 @ 4:43

  6. Bonjour ! Que se passe t il pour
    Le futur conjoint d une personne déposant un dossier de sur endettement ? Sera t il

    obligé d eponger sa dette ?

    Commentaire par solny — 24juillet2015 @ 6:41

  7. Bonjour
    Je travail depuis 28 ans à mis temps dans la même commune et embauché maintenant depuis 1991 à temps complet et titulaire echelon 03/09 ,en grade de Adjoint technique 2ème classe j ai toujours aimé mon travail j ai connu beaucoup de maire ,mais celui que j ai actuellement et pas simple et me dégradé moralement pas sur mon travail car mon travail et fait mais ils me refait faire tout à l’ancienne me fait même gratter le cryste du cimetière à avoir une piquette au main à L eau froide faire du travail de peinture quand il gèle, il m’a annoncer que cette été il n’y aurait plus beaucoup de tonte car la commune n’a pas assez de budget pour l essence et que peu il me passerez à mi temps on Tilloy le droit de faire sa moi je vien d avoir 50 en juillet et je ne peu me permettre un mi temps j ai peur pour ma retraite et en temps que titulaire à t il le droit de faire sa car je ne ses pas s’il me dit vrai il me raconte tellement de choses pour me faire craquer qu’il me fait une fois de plus douter il l’a dit que la commune n avez plus beaucoup de sous alors qu’il me passerez peu être à mi temps alors qu’il parle de remettre en état la salle des fêtes je ne comprend plus rien et de plus il on acheter un tracteur tondeuse à plus de 14000 euros et il servira à quoi si on tond pu aider moi dit moi si à le droit de me mettre à mi temps comme sa ou de me licencier merci beaucoup

    Commentaire par morel — 21décembre2015 @ 1:48

  8. Bonjour.Je payais tout les trois mois 100€ pour une location de garage.Je viens de recevoir un courrier de la propriétaire me disant car partir du 1 er janvier 2017 le montant de ce loyer passerait de 100€ à 150€. A t’elle le droit de l’augmenter autant d’un seul coup.Merci dans l’attente d’une réponse.

    Commentaire par Bidot Nadia — 13décembre2016 @ 1:42


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :